SpaceRef

SpaceRef


Un nouveau regard sur l'helium primordial trace le portrait de la structure d'origine de l'univers

Press Release From: Canadian Space Agency
Posted: Friday, August 10, 2001

Saint-Hubert, 10 août 2001- Le Satellite d'exploration spectroscopique dans l'ultraviolet lointain (FUSE pour Far Ultraviolet Spectroscopic Explorer) de la NASA a jusqu'à présent fourni aux astronomes le meilleur point de vue du nuage fantomatique d'hélium laissé par le Big Bang qui est à l'origine de la structure de notre univers. L'hélium ne se trouve pas dans les galaxies ou sur les étoiles, mais il est réparti sous forme de traces dans l'immensité de l'espace.

Les observations aident à confirmer les modèles théoriques expliquant comment la matière contenue dans l'univers en expansion s'est condensée en une structure semblable à une toile d'araignée qui s'étend entre les galaxies. L'hélium retrace l'architecture de l'univers à son origine. Cette structure est née des légères instabilités gravitationnelles créées par le chaos qui a suivi le Big Bang.

« Les galaxies visibles ne sont que les saillies de la structure de l'univers d'origine. Les observations d'hélium ionisé par le FUSE nous montrent les détails des collines et des vallées entre les sommets des montagnes », explique Gerard Kriss, chef de l'équipe d'observation du FUSE et astronome au Space Telescope Science Institute de Baltimore, au Maryland.

« C'est une découverte captivante. La recherche des signatures spectrales d'une forêt d'hélium ionisé de l'univers d'origine était l'un des objectifs principaux de la mission du FUSE, et nous l'avons atteint de façon spectaculaire », de déclarer George Sonneborn, scientifique principal du projet FUSE au Goddard Space Flight Center de la NASA à Greenbelt, au Maryland.

« Nous avons conçu FUSE pour réaliser de telles expérimentations. Les excellents résultats obtenus sont dus à la bonne performance de l'instrument et à l'utilisation judicieuse d'un quasar, expliquait John Hutchings de l'Institut Herzberg d'astrophysique du Conseil national de recherches du Canada. Le FUSE obtient des résultats captivants qu'aucun autre télescope ne peut nous fournir. Les Canadiens ont un nouvel outil de recherche puissant en orbite. »

Les observations du FUSE fournissent également des preuves que l'univers d'origine a été «réénergisé » par des torrents de radiations provenant de trous noirs de galaxies actives, ainsi que par une tempête de feu lors de la naissance d'une étoile.

L'observation a été réalisée en utilisant la lumière distante d'un quasar (le noyau brillant d'une galaxie active) pour permettre au FUSE de regarder à travers 10 milliards d'années-lumière d'espace apparemment vide et de prendre de nouvelles mesures précises de la structure cachée de l'univers.

L'implication du Canada dans le programme du FUSE comprend l'approvisionnement par l'Agence spatiale canadienne (ASC) de deux appareils de pointage fin FES (Fine-Error Sensor). Les systèmes FES guident le FUSE pour lui permettre de pointer exactement dans la bonne direction afin d'effectuer des observations scientifiques précises. Ils servent également à la navigation du satellite. L'ASC a également affecté deux astronomes canadiens au projet. Durant la mission, ces derniers apporteront donc leur soutien à l'exploitation du FUSE ainsi qu'à l'analyse de données scientifiques à l'université John Hopkins (JHU) à Baltimore, au Maryland.

Le scientifique canadien du projet est John Hutchings de l'Institut Herzberg d'astrophysique du Conseil national de recherches du Canada à Victoria, en Colombie-Britannique. Le chercheur principal du FUSE est Warren Moos de l'université Johns Hopkins. La JHU a mis le FUSE au point pour la NASA et est responsable de tous les aspects du projet FUSE.

L'Agence spatiale canadienne a financé et piloté le contrat des FES avec COM DEV International de Cambridge, en Ontario. COM DEV a aussi mis au point le système informatique qui contrôle le télescope FUSE dans le cadre d'un contrat en sous-traitance avec la JHU. Grâce à la contribution de l'ASC, les astronomes canadiens ont accès à une partie du temps d'observation du télescope pour leurs programmes de recherche.

Les résultats du FUSE sont publiés dans l'édition du 10 août du journal Science. Les Canadiens John Hutchings et Don Morton figurent parmi les auteurs de l'article.

L'équipe prévoit maintenant utiliser le FUSE pour regarder vers d'autres quasars et découvrir la structure de l'univers.

Le FUSE est une mission du programme Origins de la NASA, mise au point et exploitée par l'université John Hopkins en collaboration avec le Goddard Space Flight Center de la NASA, le Centre national d'études spatiales (France), l'Agence spatiale canadienne, l'University of Colorado et l'University of California, à Berkeley. Le FUSE a été lancé le 24 juin 1999 pour une mission de trois ans visant à obtenir des signatures spectrales à haute résolution dans l'ultraviolet lointain (905-1185 angströms) provenant de particules galactiques et extragalactiques. Pour obtenir plus d'information sur le FUSE, visitez le site Web de la mission : http://fuse.pha.jhu.edu.

Aux directeurs de la rédaction
De l'information et des illustrations sont disponibles sur le site Internet de l'Agence spatiale canadienne:
http://www.space.gc.ca/csa_sectors/space_science/space_astronomy/fes_f.asp
http://www.space.gc.ca/asc/results2_f.asp?image_id=Fuse

et vers les liens
http://oposite.stsci.edu/pubinfo/pr/2001/27
http://hubble.stsci.edu/go/news
http://oposite.stsci.edu/pubinfo/latest.html and
http://oposite.stsci.edu/pubinfo/pictures.html

Fondée en 1989 et située à Saint-Hubert, au Québec, l'Agence spatiale canadienne coordonne tous les aspects du programme spatial canadien. Grâce à ses services d'affaires en connaissances et applications spatiales et en développement de l'industrie spatiale, l'ASC se consacre plus particulièrement aux domaines suivants : Terre et environnement, Sciences spatiales, Présence humaine dans l'espace, Télécommunications par satellites, Technologies spatiales génériques, Services de qualification spatiale et Sensibilisation. L'Agence spatiale canadienne se veut à l'avant garde du développement et de l'application des connaissances spatiales dans l'intérêt des Canadiens et de l'humanité.

-30-

Pour obtenir plus d'information:

Bureau des relations médias 			John Hutchings 
Agence spatiale canadienne 			Conseil national de recherches 
Tél. : (450) 926-4345 ou 4370 		Tél. : (250) 363-0018 
John.hutchings@nrc.ca

Cheryl S. Gundy 					Russ Alexander
Space Telescope Science Institute 		Gestionnaire du projet FUSE
Office of Public Outreach 			Agence spatiale canadienne 
Tél. : (410) 338-4707 				russ.alexander@space.gc.ca
Gundy@stsci.edu

// end //

More news releases and status reports or top stories.

Please follow SpaceRef on Twitter and Like us on Facebook.

SpaceRef Newsletter